Actualités

Retour sur Réinventer la Seine, terrain d'expression pour les promoteurs 27.07.2017

Réinventer la Seine

Réinventer Paris, la Seine, ou encore Inventons la Métropole du Grand Paris,… toute l’Ile-de-France s’est aujourd’hui mise en chantier à travers de grands projets d’aménagement. Objectif : inventer de nouvelles façons de vivre, de travailler, de se déplacer. Une aubaine pour un promoteur tel que Nacarat qui voit dans ces concours l’opportunité de démontrer son savoir-faire en proposant une vision renouvelée de la ville et de ses usages. Le promoteur était finaliste de Réinventer la Seine pour le site de l’île Mazas et est toujours en lice sur trois sites du Grand Paris.

/ RÉINVENTER L’IMMOBILIER

A l’heure de la smart city, de l’économie collaborative et des nouveaux usages, les collectivités sont à la recherche de projets innovants pour redynamiser leur territoire et augmenter leur attractivité. Face à ces enjeux qui mobilisent l’ensemble de la profession, les promoteurs de taille intermédiaire tirent de plus en plus leur épingle du jeu, à l’image de la Compagnie de Phalsbourg ou Hertel dans le cadre de Réinventer Paris.

« Ces concours constituent de véritables terrains d’expression pour des promoteurs comme Nacarat », déclare Thomas Lierman, Directeur Général de Nacarat. En effet, Nacarat n’a de cesse d’innover pour proposer de nouvelles manières de construire la ville. Une capacité qui l’amène à être précurseur dans de nombreux domaines, et plus particulièrement sur le thème du développement durable.

En 2012, Nacarat a fait le pari de réinventer son métier pour répondre notamment aux enjeux du Grenelle de l’environnement et a mis en place ASAP, une démarche d’éco-conception systématisée à l’ensemble de sa production. Fondé sur les bases des travaux internationaux sur la ville durable (LEED, BREEAM, HQE, Living Building Challenge, Economie positive), cet outil permet d’apporter des réponses concrètes et innovantes aux enjeux de biodiversité urbaine, de pertinence sociale ou encore de consommation énergétique. « Pour progresser et garder un temps d’avance en la matière, nous tissons des partenariats avec des experts issus d’univers diversifiés. Il s’agit de travailler ensemble, d’associer nos compétences pour créer des projets vertueux et inattendus », témoigne Thomas Lierman. Sur le thème de la biodiversité, Nacarat est ainsi le premier promoteur à avoir travaillé avec la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux).

Parmi les projets récemment remportés par Nacarat et illustrant cette philosophie, le programme ShAKe à Lille. Conçu avec l’architecte Philippe Chiambaretta, celui-ci est un véritable laboratoire des bureaux de demain, déployé sur plus de 30 000 m², avec un niveau de performance environnementale Bepos et Breeam Excellent. Lorsqu’il verra le jour à l’horizon 2020, ShAKe proposera un espace de partage à dimension tertiaire qui combinera Ville et Nature, Economie et Vie Sociale, Travail et Détente.

/ L’ÎLE MAZAS, FINALISTE DU CONCOURS RÉINVENTER LA SEINE

Autre projet illustrant la capacité de Nacarat à proposer des solutions inattendues, L’Île Mazas, dans le cadre du concours Réinventer la Seine. Conçu avec les agences d’architecture NP2F et Jacques Rougerie, ce projet avait pour ambition la requalification du site de la place Mazas dans le 12ème arrondissement de Paris. Finaliste aux côtés des projets de Capelli, REI Habitat/Icade et Novaxia, Nacarat a proposé avec L’Île Mazas, un programme mixte, orienté vers de nouveaux usages et témoignant de son habileté à s’entourer de nouveaux partenaires. En collaborant avec l’UCPA dès la programmation, pour la conception et l’exploitation des lieux, Nacarat proposait une expérience et un espace sportif uniques et innovants sur les bords de Seine. Engagée pour une pratique sportive accessible, durable et source de lien social, l’UCPA a apporté son expertise sportive dans le but d’aménager une “île urbaine de loisirs” d’environ 3 000 m² comprenant un espace subaquatique inédit. A celui-ci venaient s’ajouter des logements en construction bois, proposés en colocation pour une partie d’entre eux ; un restaurant associatif « Freegan Pony », luttant contre le gâchis alimentaire, ainsi qu’un espace d’insertion pour sans-abris en pied d’immeuble. Un office du tourisme nouvelle génération dédié à la Seine et aux Canaux de Paris, appelé « Maison de la Seine et des Canaux », ainsi qu’une barge sur la Seine, point d’ancrage d’équipements culturels, faisaient également partie du projet.

« Si nous n’avons pas été retenus pour ce projet, nous comptons bien nous appuyer sur cette expérience pour relever de nouveaux challenges sur la métropole parisienne », indique Eric Dutilleul, Directeur de la région Ile-de-France de Nacarat. Sur ce territoire, Nacarat est d’ailleurs toujours en lice pour trois sites « avec un projet d’immeuble filtre à pollution au Kremlin-Bicêtre, un projet intégrant Tiers Lieu et permaculture à Pantin et un projet qui revisite le coeur de ville à Sceaux en créant un lieu moderne, attractif et métropolitain », rappelle Jean-François Joumier, Directeur du Développement Ile-de-France - Nacarat.